Forza Horizon 3 (PC, Xbox One)

 

Publié le Mercredi 21 septembre 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Forza Horizon 3 (PC, Xbox One)

Les voyages forgent la jeunesse

imageAprès avoir visité le sud de l’Europe et ses paysages méditerranéens, la série Forza Horizon a décidé de vous entraîner dans le grand bush. Et quand on parle de bush, ça n’a pour une fois strictement rien à voir avec un ancien président des USA. Non, on vous parle des paysages ruraux d’Australie. De longues routes poussiéreuses que traversent parfois un crocodile dandy ou un kangourou coucou.

Et dès le lancement du jeu, il faut bien dire que l’Australie, ça envoie du lourd question paysages. De l’Outback aride où les buissons parsèment un horizon désertique, à de larges forêts luxuriantes en passant par de petites bourgades, Forza Horizon 3 va vous en mettre plein les yeux. Du beau, du bon et du particulièrement varié. Les textures sont sublimes, qu’il s’agisse de l’asphalte, des bords de route, des lointains paysages ou même des voitures. L’impression de vitesse est splendide. Et si on n’évitera pas quelques doses d’aliasing et un clipping un brin prononcé dans certaines régions, en tenir rigueur à un jeu si splendide tiendrait du chipotage, voire de la mauvaise foi.
Les développeurs annoncent une aire de jeu 3 fois plus grande que le précédent opus. Une aire offerte comme un open world, à parcourir cheveux au vent, dans les plus formidables bolides que le monde automobile ait connu. Vous pourrez d’ailleurs décider de vous affranchir de votre GPS « faites demi-tour dès que possible » en coupant à travers champs et désert. Tout est possible, et il n’y aura plus de barrières infranchissables ou d’obstacles indestructibles : même les petits cours d’eau pourront être traversés à pleine vitesse. Et tant pis si certains arbres cassent comme du petit bois quand vous rentrez dedans. Ce que le jeu perd alors en réalisme, il le gagne en fun et en sentiment de totale liberté.


screen366 véhicules, sans compter ceux que les futurs DLC ne manqueront pas d’ajouter, sont pilotables dans le jeu, pourvu que vous preniez soin de les débloquer au fil de vos courses, de l’expérience et de l’argent glanés.
Les plus grands constructeurs ont répondu présent : Alfa Roméo, Audi, Aston Martin, BMW, Bugatti, Chevrolet, Cadillac, Ferrari, Dodge, Fiat, Ford, Honda, Jaguar, Jeep, Lamborghini, Lancia, Lexus, Lotus, Maserati, Mazda, McLaren, Mercedes, Mini, Mitsubishi, Nissan, Opel, Peugeot, Pontiac, Renault, Rolls, Shelby, Subaru, Toyota, Volvo, et tout un tas d’autres constructeurs plus confidentiels pour le grand public, mais qui ont quelques merveilles à vous faire découvrir.
De l’Impreza à la Clio RS, en passant par la 205 T16, la mythique Countach, la Diablo, la Mustang, la Focus, la Testa Rossa, la Maranello, la LaFerrari, la Corvette, et j’en passe et j’en oublie. Des véhicules des années 50 à nos jours… Et tous modélisés avec soin, chaque modèle proposant ses propres caractéristiques, ses propres sensations, sa propre tenue de route… une nouvelle fois, la saga Forza fait très très fort en matière de ressenti… et de plaisir de collectionner toutes ces sublimes voitures.

screenAu volant d’un buggy ou d’une F1, d’une GT ou d’une sportive, les sensations ne sont pas les mêmes, la conduite non plus, et toutes ne réagissent pas de la même manière. On rassure quand même les novices du volant. Autant la série Forza Motorsport est basée sur la simulation et la recherche de réalisme, autant la série Forza Horizon est plus permissive, plus orientée arcade, tout en cherchant à vous offrir des sensations proches de la réalité. Mais parcourir le bush rocailleux à bord d’une Countach bas de caisse et qui en théorie ne tiendrait pas la route sur ce type de sol est ici possible, à condition d’y mettre un peu du vôtre.

screenscreenscreen

screenAu fil de vos promenades endiablées, vous tomberez sur différentes épreuves à parcourir. De ce côté-là, on est en terrain connu : courses, flash radar, sauts, voitures mythiques à trouver dans une zone, défis… classique mais toujours aussi efficace et plaisant.
Elles vous donneront donc de l’expérience et des crédits pour acheter et gagner de nouveaux véhicules, mais aussi des fans qui viendront grossir le rang de vos « followers ». Cela permettra de faire grossir les festivals organisés dans les régions parcourues, ce qui permettra alors de débloquer encore plus d’épreuves… Ces épreuves, vous pourrez les paramétrer comme vous le voulez : choix des voitures, règles, nombre de tours, météo, moment de la journée… et vous pourrez partager vos créations sur les serveurs, tout comme vous pourrez vous essayer à celles créées par les autres joueurs du monde entier. Le solo est d’ailleurs cette année enrichi par la possibilité de parcourir à 4 potes les différentes routes du jeu. Un mode coop agréable : l’adage « plus on est de fous, plus on rit » se vérifiant une nouvelle fois ici.

screenEnfin, sachez qu’une salle des ventes permettra de refourguer vos vieilles caisses aux enchères pour vous faire un peu d’argent de poche.

Au final, il suffit de se dire que Forza Horizon 3, c’est comme Forza Horizon 2. Mais en mieux. Plus vaste, plus d’options, plus beau… si les développeurs se sont contentés de copier sagement les épreuves et le mode de fonctionnement, en ajoutant çà et là quelques petites nouveautés, si fondamentalement, il n’y a rien de réellement nouveau, ce Forza Horizon 3 reste une pure merveille. Ultra riche, fun, avec des sensations exceptionnelles, la série Forza montre une nouvelle fois qu’elle règne en maître sur le genre jeu de courses. Forza Horizon 3 en devient par-là même indispensable, tout simplement.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Forza Horizon 3 (PC, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One

Editeur : Microsoft

Développeur : Playground Games

PEGI : 3+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Forza Horizon 3 (PC, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0