Death Stranding (PC)

 

Publié le Jeudi 30 juillet 2020 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Death Stranding (PC)

Hideo m'a tuer (moi aussi)

imageUn peu plus de 7 mois après sa sortie sur PS4, le nouveau jeu d’Hideo Kojima a débarqué sur PC, parce qu’il n’y a pas de raison que les mauvais jeux soient réservés à la console de Sony.

Oui, je sais. Je débute le test par un tacle à hauteur des genoux et ce n’est pas très gentil-gentil. Mais il faut me comprendre : je n’ai jamais été très fan des œuvres d’Hideo Kojima, trop pompeuses, trop mal rythmées, trop étalées à grands renforts de cinématiques indigestes et surtout, se déroulant dans des univers qui ne m’intéressent pas particulièrement. Un choix personnel que ne partage pas mon acolyte Vincent, grand fan du bonhomme. Et pourtant, Vincent n’a pas vraiment apprécié l’expérience Death Stranding. Pour lui, il n’y a rien à sauver dans ce ratage vidéoludique : ni le rythme, ni la mise en scène, ni les personnages, ni l’univers. Son test vous expliquera plus en détails le pourquoi du comment Vincent n’a aucune affinité avec les simulations de livreur UPS/Fedex.

Allez savoir pourquoi, dans un moment sans doute de délirium tremens, je me suis dit que si Vincent n’avait pas aimé le jeu, peut-être que moi, je l’apprécierais… C’est vrai, quoi. Si pour une fois, un fan inconditionnel n’accroche pas à son jeu, peut-être qu’un joueur non-fan va, lui, être séduit ?
Bon, sur le papier, ce genre de truc peut peut-être sembler un minimum logique, mais en théorie, ça ne marche jamais.

Hideo Kojima a fait dans Death Stranding du Hideo Kojima. Une nouvelle fois, un jeu pompeux, lent, lourd, bourré de clichés parfois à la limite du ridicule tellement le jeu se prend au sérieux, manquant de profondeur, de logique et surtout terriblement chiant. Mais vraiment, hein. D'un niveau de casse-couillitude rarement atteint dans un jeu vidéo. J’avouerai sans peine que je n’ai pas eu la force d’aller au bout. Vincent m’avait prévenu que la première dizaine d’heures était une sorte de gros tuto et que le jeu prenait plus d’ampleur après. Effectivement. Mais ça n’en devient pas plus intéressant pour autant par la suite. Au final, je me dis que sa note est bien généreuse par rapport à l’intérêt vidéoludique du titre.


imageEt pourtant, la version PC, elle, est une vraie réussite technique. Pour peu que vous ayez une carte Nvidia, les développeurs de Kojima Productions, très largement aidés (sans doute) par les développeurs de chez Nvidia, ont fait des merveilles. Un niveau de détails bien supérieur à la version PS4 vous offre des paysages superbes, de grands moments de contemplation (d’un autre côté, c’est souvent juste ce qu’il y a à faire dans ce jeu) et vous allez véritablement en prendre plein les yeux. Même les cinématiques proposent des protagonistes aux visages bien plus expressifs. Ajoutez une profondeur de champ accrue et une fluidité jamais prise en défaut, et vous aurez un jeu magnifique. À noter que le mode photo, rajouté récemment sur PS4, est ici inclus et offre des clichés bien plus saisissants.

Mieux encore : l’interface passablement ratée du jeu s’offre ici une nouvelle jeunesse. Pas de doute, Death Stranding est un jeu destiné au PC quant à ses innombrables touches nécessaires pour jouer. Bien plus ergonomique, le combo clavier-souris offre une répartition des touches initialement bien pensée, mais qui pourra être redéfinie selon votre préférence.

Bref, techniquement, c’est une réussite.

imagePour le reste, les maigres ajouts cosmétiques liés à cette version (habillages de type Portal ou Half-Life) sont inutiles et liés à de nouvelles missions annexes aussi chiantes que celles déjà incluses de base dans le jeu. Enfin, on regrettera que les versions PC ne soient pas en lien avec les versions PS4 quant aux « cadeaux » et « signaux » laissés dans le jeu par les autres joueurs, qui sont autant d’aides, cela dit, pour un jeu qui n’en avait pas forcément besoin.

Bref, pour conclure, si vous avez la version PS4, cette version PC ne vous apportera rien qui justifierait un nouvel achat. Mais si vous avez un PC qui tient la route et une PS4, et que vous avez décidé de perdre de l’argent dans un jeu raté, long et chiant, préférez largement la version PC. Plus souple, plus réussie, plus jolie, plus malléable, elle se classe clairement au-dessus de la version PS4.

imageimage

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Death Stranding (PC)

Plateformes : PC

Editeur : 505 Games

Développeur : Kojima Productions

PEGI : 18+

Prix : 60 €

Death Stranding (PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0