Neoverse (PC, Switch, Xbox One)

 

Publié le Jeudi 4 février 2021 à 12:00:00 par Walid Hamadi

 

Test de Neoverse (PC, Switch, Xbox One)

Randomverse avec des cartes

imageUn an après sa sortie sur Steam, Neoverse arrive sur Switch et Xbox One avant de débarquer un peu plus tard sur Playstation. Nous avons affaire là à un jeu de stratégie avec decks de cartes, mêlé à une dose de Rogue-lite. Le principe est classique mais cette touche de rogue ajoute un peu de piment à la rejouabilité ainsi qu’à la construction de votre personnage.

Ou plutôt de VOS personnages. Car il y a trois femmes à incarner et on ne parle pas simpelment de changement de skin. Vous devrez, pour votre premier run, incarner Naya qui irradie littéralement ses ennemis pour leur causer des dégâts. Rapidement vous pourrez débloquer Claire qui peut renvoyer les dégâts adverses et absorber leurs PV, et enfin Helena l’invocatrice épaulée d’un familier qui peut attaquer tout ce qui se trouve en face pourvu qu’on ait des points de commandement. C’est donc une première surprise agréable tant le gameplay peut changer entre les trois noms.

On fermera les yeux sur un chara-design clairement aguicheur pour évoquer l’histoire qui est intégralement tue. Il existe bien un lore dans les textes des cartes, mais sachez que vous serez plongés dans la bataille sans une seule explication autre que « battez vous à travers le temps et les dimensions ». Okay… Idem pour le tutoriel : oubliez-le. Une courte vidéo vaguement explicatrice n’est pas sattisfaisante surtout pour ceux qui s’essayent au genre. Néanmoins, pour peu qu’on ne choisisse pas des combats trop compliqués dès le départ, on cerne assez vite les principes du jeu.


imageCar oui, on peut choisir la difficulté de chaque affrontement qui va suivre. Les récompenses varient en fonction bien entendu, mais il est agréable de pouvoir rectifier le tir quand on a choisi un défi un peu trop corsé pour son niveau. Deuxième bonne surprise : les points de compétence obtenus (des cristaux mauves), peuvent être répartis dans un arbre ouvert avec des centaines de combinaisons possibles dès les premiers niveaux. C’est en testant vous-même ces combinaisons que vous saurez quoi choisir selon votre style de jeu.

Ainsi vous viendrez à bout des vagues de 15 combats et des 3 boss qui vous attendent à chaque palier. En récoltant expérience et or pour acheter des cartes et de l’équipement. Le jeu est très fourni à la fois dans l’inventaire, mais aussi dans son gameplay qui vous incite à avoir juste ce qu’il faut de défense pour étourdir l’ennemi, et juste ce qu’il faut d’attaque pour récolter des sous.

imageToutefois, il va vous falloir pas mal d’essai pour comprendre tous les avantages et les inconvénients des cartes que vous amassez pour construire votre deck. Les explications, bien que traduites correctement, sont souvent cryptiques et il faudra plusieurs tours de chauffe pour comprendre quels malus vous plombent les parties.

En soi, le fonctionnement est simple : vous avez 5 points de mana par tour (points d’action) et les cartes vous coûtent de 0 à 3 points pour les utiliser. Il y en a 4 types : Attaque (rouge), défense (bleue), instantanée (violet), constante (jaune). Les deux dernières sont simplement des capacités spéciales offensives ou défensives. Et surtout, à chaque main, vous avez la possibilité d’effectuer un combo pour doubler les effets de vos cartes : il suffit de regarder la séquence demandée pour l’activer (rouge, bleue, rouge, jaune par exemple).

imageL’un des gros points noirs du jeu est sa technique : c’est pas joli. En jeu on est à peine au niveau des graphismes de la PS3 et de la 360, et en vidéo la Switch nous envoie une bouillie de pixels et d’artefacts assez infâme. De même les contrôles sont déroutants : on a le choix entre le déplacement classique de case en case, ou un curseur. Selon les menus, on va préférer l’un ou l’autre sans être pleinement satisfait. Et pendant les combats, vous allez souvent appuyer sur le bouton vous proposant de quitter la partie, rageant à la longue. Heureusement que le système est assez addictif, même s’il manque de nervosité.

Au final le principe et l’exécution de Neoverse en font un bon jeu du genre. Son côté rogue maintient le joueur en haleine et incite à repousser ses compétences et découvrir celles des persos. Par contre si vous voulez une histoire emballée dans de la belle technique, vous allez pester.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Neoverse (PC, Switch, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4 - Switch

Editeur : Tinogames Inc.

Développeur : Tinogames Inc.

PEGI : 7+

Prix : 19.49 €

Aller sur le site officiel

Neoverse (PC, Switch, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0