Coupe du Monde de la FIFA : Afrique du Sud 2010

 

Publié le Lundi 3 mai 2010 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Du rire aux larmes...

imageOk, les jeux de foot, on commence à avoir l’habitude. C’est simple, il y en a au moins deux par an. Un Fifa, un PES. Et tous les quatre ans, pour la Coupe du Monde, Electronic Arts nous sort un autre Fifa pour couvrir l’évènement.
Pour tout dire, d’une version à l’autre, d’une année sur l’autre, les innovations et changements sont quand même assez limités.
 
Autant dire que les tests sont d’une répétitivité non seulement pénible pour le lecteur, mais également pour le testeur. Et plutôt que de vous faire des « copier-coller » de certains passages, nous avons voulu nous focaliser sur le plus important : le jeu. Le plaisir du jeu. Le ressenti du joueur.
 
Alors bon. On va quand même lister rapidement les différents modes… histoire que vous ayez un aperçu complet du jeu. Mais pas plus.
 
Vous retrouverez une cinquantaine d’équipes Européennes, une cinquantaine d’équipes Africaines, une quarantaine d’équipes Américaines, une quarantaine d’équipes Asiatiques et une dizaine d’équipes d’Océanie. Soit près de deux cents équipes au total. Uniquement des équipes nationales, bien entendu. Et oui, il semble exister autant d’équipes que ça… Bon, alors on se retrouve avec des équipes assez improbables, du genre l’Île Maurice… mais au moins, voilà de quoi varier les plaisirs. Et jouer avec deux équipes complètement nulles (genre équipe de France contre les Îles Caïman) peut finalement s’avérer amusant.
 
Sinon, la plupart des modes habituels sont là : match rapide, qualifications, coupe du monde, et les modes d’entraînement. Notez que sur le Xbox Live, vous pourrez jouer les matches au fur et à mesure de la Coupe du Monde. Il y a aura également une Coupe virtuelle mondiale (sur le nombre de matches joués entre deux équipes, celle qui en a remporté le plus gagne).
Chose assez sympa, les commentaires durant les menus vous livrent des infos sur les différents modes et les nouvelles infos à savoir.
screenEnfin, il y a aussi des défis, du genre « tu es mené 3-0 à dix minutes de la fin, gagne le match ». Il devrait y en avoir de nouveaux au fur et à mesure de la Coupe du Monde, d’ailleurs. Du genre « tu joues en équipes de France, essaie d’avoir un carton rouge dans les 10 premières minutes parce que tu veux rentrer aux vestiaires où ton escort girl t’attend ».
Enfin, il y a le fameux mode carrière dans lequel vous ne contrôlez qu’un seul joueur et tentez d’en faire au final la star de l’équipe. Sympa sur le papier, ce mode est une nouvelle fois bâclé par EA : vous avez beau choisir une place, l’entraîneur vous collera où il veut. Ensuite, pas possible de faire progresser votre joueur, malgré l’expérience gagnée : ce sera fait automatiquement. Autrement dit, on n’a finalement qu’une main très limitée sur le jeu et il perd d’autant en intérêt. Notez qu’on peut importer son joueur de Fifa 10.
 
Dernier petit mot avant de lancer la partie : Fifa est un jeu de foot assez complexe à jouer. Il y a beaucoup de touches à gérer : le stick de déplacement, le tir, la passe, la passe longue, la passe lobée, le dribble lent, le dribble rapide, l’appel de balle, le tir en finesse, le centre à ras de terre, le centre à mi-hauteur, le une-deux, la passe en profondeur lobée, les tirs au but et j’en passe… Si les commandes de bases, à savoir déplacement, tir, passes, peuvent éventuellement être gérées par un enfant, il sera rapidement limité dans le jeu, dans l’action, dans les possibilités. Tout ça pour dire qu’avant 8-9 ans, au moins, ce n’est pas évident à jouer. Je préfère préciser car de nombreux parents achètent le jeu pour leurs jeunes enfants qui, du coup, ont du mal à vraiment apprécier.
 
Assez de blabla, donc.
Comme je vous ai expliqué, finalement rien ne vaut une partie, une vraie, entre deux joueurs, deux habitués des jeux de foot, pour vous dire ce que vaut vraiment le jeu.
Nous nous sommes donc retrouvés, Vincent et moi, pour quelques heures de matches…
 
Voilà à quoi ça a ressemblé…
 
screen screen
 
- Cedric : Match rapide. Je prends l’équipe des Pays-Bas. Si je prends l’équipe de France, vu qu’on voit l’entraîneur à chaque interruption de match, on va se taper Domenech une dizaine de fois, ça va être infernal. Et puis j’aime bien les Pays-Bas. J’aime bien Dave et j’aime bien le Gouda.
- Vincent : Moi je prends… euh… j’en sais rien fait
- Cedric : Prends l’Argentine.
- Vincent : Mais non.
- Cedric : Messi.
- Vincent : Bon, si tu insistes…
 
Argentine (Vincent) – Pays-Bas (Cedric)
 
26ème minute : Argentine 1 Pays-Bas 0
 
- Cedric : Rien à redire. Beau but. Ma défense n’est pas placée, mais de toute manière, un tir pareil, c’est difficile de l’arrêter.
- Vincent : J’aime bien coller des tirs un peu flottants, un peu mous, des 25 mètres. Et parfois, ça rentre… c’est beau, c’est la classe.
 
34ème minute : Argentine 2 Pays-Bas 0
 
- Cedric : Voilà typiquement le genre d’action qui me fait hurler sur ce jeu de merde.  Mon défenseur regarde la balle et ne se place pas pour faire opposition. Au moment où je sélectionne l’autre, le dernier défenseur, pour le prendre en main, il a un temps d’arrêt fatal. Résultat, trop de retard pour rattraper ton joueur.
- Vincent : C’est vrai qu’il y a souvent ce petit temps d’arrêt à la sélection du joueur et c’est parfois préjudiciable en défense. Sans compter que l’IA est assez faible, en fait, et commet énormément d’erreurs de placement… N’empêche que ça en fait deux.
 
42ème minute : Argentine 3 Pays-Bas 0
 
screen- Cedric : ça tourne au cauchemar pour moi… Je n’arrive pas à me faire à cette équipe mal placée. Je hais les Pays-Bas, en fait. Je hais Dave. Je hais le Gouda. Et les joueurs ont trop souvent tendance à rester dans leur couloir et à ne pas anticiper ton déplacement si tu viens marcher sur leur territoire. Par exemple, tout à l’heure, mon avant-centre déborde sur l’aile et l’ailier est resté à côté de lui pendant longtemps et n’est descendu au centre que tardivement.
- Vincent : Et puis je marque suite à une perte de balle pourrie : les passes semi-assistées sont trop assistées et le jeu ne tient pas compte de la direction où tu envoies la balle. Si tu as un joueur au-dessus de toi et un autre un peu plus avancé, en diagonale en haut, il enverra à celui qui est le plus près, même si tu as sélectionné la direction de l’autre. C’est un peu lourd. Je ne sais pas pourquoi Fifa s’est transformé en assistance pour handicapés du ballon rond alors que les anciennes formules marchaient parfaitement.
- Cedric : J’ai même eu des fois où je faisais une passe avec la direction en arrière pour une passe en retrait, et où la balle partait en avant quand même… et ça, en mode semi-assisté. Sachant que le mode manuel nécessite n’ajuster non pas seulement la direction, mais aussi la puissance de la passe et devient, par-là même, trop imprécis et trop lent. Il manque vraiment un juste milieu.
- Vincent : En attendant, tu vas jouer à 10 suite au carton rouge que tu viens de te prendre. Mais je sais que tu joues mieux à 10…
 
51ème minute : Argentine 3 Pays-Bas 1
 
- Vincent : Joli but. Belle frappe. Rien à redire. Tu dribbles dans la défense, tu alignes le gardien. Je t’avais dit que tu jouais mieux à 10… En plus, tu as eu trois ou quatre actions chaudes… le score pourrait être plus serré.
- Cedric : Mouais... Mon action a débuté lorsque je t’ai pris la balle après un monumental coup d’épaule. Ce n’est que justice, tu me diras, vu que tu m’as piqué le ballon un grand nombre de fois via ce procédé depuis le début du match. Pour le coup, je suis super déçu du jeu : dans la preview ou dans la démo, ces coups d’épaules étaient minimisés comparé à Fifa 10 où ils envoyaient le joueur à 15 mètres sans que l’arbitre ne siffle. Là, sans être aussi pénible et flagrant que Fifa 10, ça l’est encore beaucoup trop. La seule différence est que, parfois, l’arbitre siffle et met un carton jaune. Mais on voit encore bien trop souvent le joueur se faire balancer par un grand coup d’épaule et gicler à deux mètres sans aucune sanction.
- Vincent : C’est clair. Et je ne sais pas si tu as remarqué, mais l’animation est complètement pourrie à ce moment-là : c’est limite une saccade.
 
90ème minute : Fin du match. Argentine 3 Pays-Bas 1
 
- Cedric : Bon. Les Pays-Bas, finalement, c’est vraiment une équipe de cakes. Je vais choisir une autre équipe.
- Vincent : Alors, tu penses quoi du jeu pour le moment ?
- Cedric : C’est un peu tôt pour le dire, mais je trouve qu’ils n’ont pas réussi à améliorer la moitié de ce qu’ils auraient dû améliorer. Mais bon… On peut se consoler en se disant que c’est encore plus beau.
- Vincent : C’est vrai que les graphismes sont encore plus détaillés, encore mieux faits. Il y a encore plus de détails sur les visages, la pelouse ressemble à de la pelouse… c’est plutôt chouette.
- Cedric : Et l’ambiance est assez saisissante. Les spectateurs donnent de la voix, chantent, c’est vraiment impressionnant.
- Vincent : Allez, on s’en refait un. Je reprends l’Argentine.
- Cedric : Moi je prends l’Espagne
 
screen screen
 

Argentine (Vincent) – Espagne (Cedric)
 
5ème minute : Argentine 1 – Espagne 0
 
- Cedric : Pas grand-chose à dire. Ma défense est statique, pas spécialement bien placée, je ne suis pas encore dans le match et tu me prends par surprise.
 
28ème minute : Argentine 2 – Espagne 0
 
- Vincent : J’avoue, j’ai vraiment marqué sur un « but de raccroc ». Ton joueur dégage la balle dans la surface et se fait contrer par un de ses coéquipiers. Je récupère la balle et je marque…
- Cedric : C’est d’autant plus rageant que ça arrive un peu trop fréquemment : les joueurs d’une même équipe se télescopent, se gênent, voire se contrent… il y a véritablement un placement pourri de chez pourri… ils gardent leur zone, même si un coéquipier arrive au même endroit, et n’anticipent pas…
 
screen57ème minute : Argentine 2 – Espagne 1
 
- Cedric : Un sursaut d’orgueil. Une simple frappe en dehors de la surface qui va en pleine lucarne. Un beau but, en somme.
- Vincent : C’est l’un des points forts de Fifa. Quand l’action se déroule normalement, les buts sont parfois spectaculaires. En tout cas, c’est toujours jubilatoire, de marquer un tel but.
 
 72ème : Argentine 2 – Espagne 2
 
- Vincent : Putain, je n’y crois pas.
- Cedric (mort de rire) : Ha ! Ha ! Ha ! Ah ce but ! Enorme !
- Vincent : Attends. Tu dégages la balle. Elle atterrit près de la surface, sur l’aile. Et c’est mon gardien qui va la chercher et la dégage. Comme un gland. Deux joueurs sont à la réception, un de chaque équipe, et c’est moi qui fait la tête et envoie la balle… sur un de tes joueurs au milieu du terrain, dans le rond central. Tu tires de là, une frappe molle, toute ridicule… et tu marques parce que mon gardien, en dégageant, est tombé par terre et qu’ensuite, il revient en marchant ! Et puis il n’y a personne pour contrer ton tir pourri ou mettre le pied pour le dévier, sur toute la moitié de mon terrain !
- Cedric (mort de rire) : Ha ! Ha ! Ha !
- Vincent : Et tu égalises sur ça… N’empêche que ce n’est pas la première fois que ça arrive, ce genre de sortie débile du gardien. Il sort souvent n’importe comment sans que tu lui aies demandé. J’espérais qu’ils auraient corrigé ça depuis Fifa 10. Eh bien non. C’est lamentable.
- Cedric (mort de rire) : Oui, mais qu’est-ce que c’est drôle !
 
90ème minute : Fin du match. Argentine 2 – Espagne 2
 
- Cedric : Bon, j’ai l’impression qu’on lui taille un short au jeu, pour le moment…
- Vincent : Il faut dire qu’il a de sacrées lacunes.
- Cedric : Essayons de positiver. Le jeu bénéficie d’une animation plutôt réussie. Fluide. Nous n’avons pas eu de ralentissement sur Xbox 360 pour le moment.
- Vincent : Moi j’aime bien les dribbles. Bon, c’est rarement efficace, mais c’est toujours joli à voir, même si c’est assez compliqué à faire, au final, avec la gâchette gauche et le stick droit, tout en maintenant la direction avec le stick gauche…
- Cedric : C’est vrai que ce sont des détails, ces petits mouvements, mais qui ajoutent au réalisme du match et qui sont sympathiques.
 
screen screen


Brésil (Cedric) – France (Vincent)
 
- Cedric : Allez, on se refait la Coupe du Monde 1998. En espérant le même résultat.
- Vincent : Arrête de rêver.
 
33ème minute : Brésil 0 – France 0
 
Commentaire de Hervé Mathoux : Maintenant c’est Kaka…
- Cedric : Ben vas-y Hervé, on met pause et on t’attend…
(Eclats de rire)
 
53ème : Brésil 0 – France 1

screen
- Cedric : C’est frustrant de prendre un but alors qu’on fait jeu égal, juste sur une erreur de la défense. Regarde, mon défenseur central ne vient pas vers toi et te laisse un boulevard.
- Vincent : Mais le tir est beau.
- Cedric : Oui, rien à redire de ce côté-là. De toute manière, j’avais fait une erreur de défense auparavant et même si ce blaireau de défenseur central aurait peut-être pu, au mieux, t’empêcher de tirer, au pire, te faucher dans la surface, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même si tu as eu cette occasion. C’est le jeu.
- Vincent : Ma pauvre Lucette.
 
90ème minute : Fin du match. Brésil 0 – France 1
 
- Cedric : Pas grand-chose à dire. On a eu notre lot d’actions pourries, de réactions bizarres des joueurs, d’IA défaillante… mais cela ne nous a pas empêché, malgré une certaine frustration parfois, de prendre du plaisir en jouant.
- Vincent : C’est vrai que le match était assez ardu. Avec une belle bataille au milieu de terrain. On se rend compte, après certaines rencontres, qu’on est soi-même assez fatigué parce que le combat a été acharné.
 
- Cedric : Attends, on va prendre des équipes de nains, voir ce que ça donne.
- Vincent : Ok.
- Cedric : Je prends l’Indonésie.
- Vincent : Moi le Vietnam.
 
screenscreen


Vietnam (Vincent) – Indonésie (Cedric)
 
12ème minute : Vietnam 0 – Indonésie 0
 
- Cedric : Ah oui, c’est un autre niveau-là…
- Vincent : C’est dingue, le nombre de pieds en l’air qu’il ne siffle pas.
- Cedric (chantant) : Everybody was kung-fu fighting…
- Vincent : Il y a quand même des fois où c’est n’importe quoi au niveau des contacts, ce jeu, quand même. Ça tombe, ça se pousse… et l’arbitre ne fait rien.
 
23ème minute : Vietnam 0 – Indonésie 0
 
- Cedric : Finalement, c’est plutôt amusant de jouer avec des équipes pourries.
- Vincent : C’est vrai. Il y a beaucoup de déchets, mais de déchets amusants. Les joueurs jouent rude et ça plonge pas mal.
- Cedric : C’est finalement juste dommage que les tirs soient si délicats à cadrer.
- Vincent : Ou à faire suffisamment puissants.
 
54ème minute : Vietnam 0 – Indonésie 0
 
screen- Cedric : Tiens, je vais profiter de prendre mon sixième carton jaune du match pour signaler que c’est aussi une chose qui m’énerve un peu, cet arbitrage pourri.
- Vincent : Non mais là il y avait vraiment faute…
- Cedric : Je ne dis pas. Mais regarde, tout à l’heure, je te tacle par derrière. Le truc bien agressif et clairement destiné à casser ton joueur, vu qu’il a déjà poussé la balle plus loin en avant. Résultat… juste un jaune.
- Vincent : Oui. Par contre, il sanctionne systématiquement d’un rouge le tacle du dernier défenseur.
- Cedric : C’est normal. Même si parfois, c’est abusé vu que c’est un tacle pas forcément méchant et que l’attaque, totalement excentrée sur l’aile, a de toute manière peu de chance d’aboutir à quelque chose de bon. Et c’est rouge quand même. Ce qui est aussi agaçant, c’est que trop souvent les tacles, même pour jouer le ballon, sont sanctionnés d’un carton. Il privilégie les contacts à l’épaule et, finalement, il y a très peu de tacles dans un match de peur de prendre des jaunes. Il devrait uniquement coller des cartons aux tacles selon l’angle avec lequel tu le fais ou si tu choppes le joueur alors que la balle est déjà partie ou assez loin. Côté réalisme, c’est franchement moyen.
 
78ème minute : Vietnam 1 – Indonésie 0
 
- Cedric : Pour une fois, rien à dire. But classique, suite à un mauvais renvoi de ma défense. C’est ma faute. Ma très grande faute. Maintenant, je ne vois pas comment je vais pouvoir revenir au score, vu le niveau des équipes…
 
90ème minute : Fin du match. Vietnam 1 – Indonésie 0
 
- Cedric : Bizarrement, c’est le match sur lequel j’ai pris le plus de plaisir jusqu’à maintenant.
- Vincent : Oui, moi aussi.
- Cedric : On savait que les équipes étaient nulles, donc on n’était pas trop exigeant.
- Vincent : Mais c’était amusant de les voir faire des gestes comme les « pros », et les rater… c’est vrai que parfois, on avait un peu l’impression d’assister à un match de kung-fu. En attendant, ça fait une victoire de plus pour moi. Tout simplement.
 
- Cedric : Bon, après l’Asie, allons-voir du côté de l’Afrique si les équipes s’en sortent mieux… Je vais prendre le Nigeria.
- Vincent : Moi je vais opter pour le Cameroun.
 
screenscreen

 
Nigeria (Cedric) – Cameroun (Vincent)
 
78ème : Nigéria 0 – Cameroun 0
 
- Cedric : Je vais profiter de recevoir mon deuxième carton rouge pour râler contre l’IA en mode solo. J’ai fait quelques matches seul et je trouve les équipes adverses super agressives. J’ai joué contre le Brésil, contre l’Italie, contre le Portugal et même contre les Îles Féroés, toutes ont terminé avec un, voire deux joueurs sortis sur carton rouge après des tacles par derrière alors que mon attaquant filait seul au but. Je trouve ça un peu limite, en fait. Et puis, je n’ai pas eu l’impression qu’elles s’étaient vraiment réorganisées. Un défenseur central sorti, tu remplaces un attaquant ou un milieu par un défenseur sur le banc, pour qu’il prenne la place du mec qui a reçu le rouge. Tu ne laisses pas un trou béant dans ta défense…
 
Fin du match : Nigéria 0 – Cameroun 0
 
- Cedric : Un commentaire ?
- Vincent : Non. En fait, on se rend compte qu’il n’y a quasiment aucune amélioration depuis Fifa 10. Du moins dans le gameplay. Le jeu souffrait de gros problèmes comme une IA des gardiens totalement pourrie, ou les coups d’épaules franchement abusés. L’IA des gardiens est toujours aussi mauvaise. Les coups d’épaule sont moins francs et plus souvent sanctionnés par une faute voire un carton, mais le résultat reste le même : l’action est perdue, coupée.
- Cedric : C’est vrai que l’IA des gardiens, pour le coup, je ne la comprends absolument pas. Utiliser le bouton Y pour le sortir, et uniquement le bouton, a toujours été plus judicieux. Là, il sort un peu quand il veut…
- Vincent : Bon. Je reprends la France. Moi j’aime bien voir Domenech à l’écran.
- Cedric : Moi je vais reprendre le Brésil, alors…
 
screenscreen

 
Brésil (Cedric) – France (Vincent)
 
 
18ème minute : Brésil 1 – France 0
 
- Vincent : Ton but est un résumé de ce que nous avons plus ou moins dit jusqu’ici. Je ne reviendrai pas sur la perte de balle, crétine, suite à une passe ratée alors que le mec est juste à deux mètres, tout seul, mais sur le fait que tu perces la défense en son centre. C’est un autre gros reproche à faire au jeu : il privilégie les passes courtes et les ouvertures en plein centre, ce qu’une équipe ne fait que rarement en temps normal.
-Cedric : Honnêtement, là, je joue contre nature. Je n’aime pas trop ce jeu. Je préfère les grandes ouvertures, les départs sur l’aile… Ce but est la preuve que c’est en jouant court qu’on peut marquer le plus facilement.
 
22ème minute : Brésil 2 – France 0
 
screen- Vincent : Un but contre son camp…
- Cedric : Pour le coup, je n’ai pas bien vu… il y a un gros cafouillage sur le corner, je vois la balle rentrer, mais j’aimerai comprendre… mets le ralenti.
 
Le ralenti montre que sur le corner, un joueur du Brésil reprend la balle de la tête. La tête n’est pas cadrée, mais avant qu’elle ne sorte, un joueur de l’équipe de France la reprend et la dégage. Le dégagement est contré par un autre défenseur des bleus et la balle part dans les buts…
 
- Cedric : Ah ouais…
- Vincent : Ouais, hein… Tu peux me dire pourquoi il ne laisse pas la balle sortir, ce gros con, au lieu de la dégager ?
- Cedric : Demande à Domenech. Ce doit être une de ses tactiques.
 
47ème minute : Brésil  3 – France 0
 
- Cedric : Tu remarqueras que sur tous les buts marqués dans tous les matches que l’on a fait, c’est le premier de la tête. Dans un « vrai » match, ou disons dans un « vrai » championnat, il y a énormément de buts marqués sur coups de pieds arrêtés ou centres, de tête. Dans le jeu, les têtes sont très difficiles à faire. C’est dommage. Parfois, on est bien placé, on oriente bien le stick vers les buts, mais la balle passe à côté. Sur Fifa 09, elles étaient trop faciles. Ici, elles sont quasiment impossibles, sauf différence importante de niveau entre les équipes. Ils n’ont pas réussi à trouver le juste milieu.
 
58ème minute : Brésil 4 – France 0
 
Commentaire de Hervé Mathoux : Et ça fait 5 à 0. Le score commence à devenir vraiment lourd maintenant…
- Vincent : Je veux bien qu’un commentateur sportif n’ait pas forcément fait L’ENA, mais là, ne pas savoir compter jusqu’à 4…
- Cedric : Non mais en fait, il anticipe.
 
screen72ème minute : Brésil 5 – France 0
 
- Vincent : C’est portes ouvertes dans ma défense aujourd’hui. Aucun replacement. Positionnement aléatoire. Sans parler des joueurs qui ne cessent de se rentrer dedans… Bon, allez, au bout du 5ème, y’en a un 6ème gratuit…
 
75ème minute : Brésil 6 – France 0
 
- Cedric : J’adore ce genre de but. Après un coup franc, un centre, ou comme ici, un corner, c’est ta défense qui renvoie la balle, plein centre. Elle arrive sur un des mes joueurs posté en dehors de la surface. Contrôle, reprise de demi-volée, et hop, lucarne. C’est rare, mais quand ça rentre, c’est beau.
- Vincent : Ouais…
 
Fin du match : Brésil 6 – France 0
 
- Vincent : M’en fous. Je préfère gagner plein de fois sur des petits scores et me prendre une déculottée une seule fois, que l’inverse.
- Cedric : Chacun son truc. Ok, on a fait 2 matches nuls et tu as gagné trois fois… dont deux fois sur des scores vraiment étriqués. Là, au moins, c’est clair, net, précis. C’est la grosse branlée du siècle*. Tu sais, le monde ne retient pas les petites victoires. Il se dit que « tout s’est joué sur un petit détail, un coup de bol, qui aurait pu faire basculer le match d’un côté ou d’un autre ». Donc tes victoires à un but près, c’est un peu du pipi de chat. Là, 6-0, par contre, c’est loin de sentir l’urine. C’est Niagara Falls. Ou puisqu’on est en Afrique, ce sont les Chutes Victoria.
- Vincent (boudeur) : M’en fous. Je préfère gagner plein de fois sur des petits scores et me prendre une déculottée une seule fois, que l’inverse.
- Cedric : Non mais 6-0, quoi. Tu es conscient que tous les lecteurs vont se foutre de toi si j’en parle ?
- Vincent : M’en fous. Je préfère gagner plein de fois sur des petits scores et me prendre une déculottée une seule fois, que l’inverse.

screenscreen
 
NdVincent: C'est vite oublier le fameux 13-0 que je t'ai mis sur FIFA 10
 
L'avis de Cedric image
Pour conclure, je suis vraiment déçu par ce Coupe du Monde de la Fifa 2010. Ok, il est un peu mieux que Fifa 10. Plus joli, ambiance sympathique… mais les nombreux gros défauts du jeu qui, à mon sens, le rendent pénible et frustrant à jouer, n’ont pas été corrigés. La démo et la version preview que j’avais vues m’avaient pourtant laissé de bons espoirs à ce sujet. Les coups d’épaule sont, même moins débiles à gicler l’adversaire à 10 mètres, encore bien trop puissants et handicapants. Les gardiens sortent bêtement. Et l’IA est globalement mauvaise. Elle a été améliorée dans le sens où les attaquants centraux ne viennent plus chercher le ballon dans le pied des ailiers alors que ces derniers veulent faire un centre. Cette fois, ils vont bien se positionner. Mais côté défense, il y a encore de grosses grosses lacunes. En fait, Fifa privilégie le jeu de nain. Le jeu façon « minimes » ou « poussins » : des petites passes courtes, quelques ouvertures en plein centre. Mais les têtes sont difficiles à réussir, les coups de pied arrêtés aussi, les débordements sur l’aile et grandes ouvertures sont compliquées ou ne donnent souvent rien… bref je ne me retrouve pas du tout dans ce jeu, moi qui aime le jeu long.
Ok, c’est beau, c’est impressionnant, c’est plutôt bien animé, même s’il y a des pains lors des fameux coups d’épaules, avec des joueurs qui se retrouvent comme « téléportés » deux mètres plus loin. L’ambiance est exceptionnelle, aussi. Mais globalement, au niveau réaction humaine et vision du jeu, ça manque clairement de réalisme. Et ça, franchement, ça m’emmerde vraiment. Je préfère repasser sur PES 2010. Là, en fait, que l’on perde ou que l’on gagne, peu importe. Il ne se passe pas un match sans que l’on ne remarque une action un peu pourrie, un geste « abusé », bref, sans que l’on ne soit un peu frustré. Quand ça n’a pas de conséquence, c’est peut-être plus facile à supporter, mais dans l’ensemble, peut-on réellement se satisfaire d’un jeu qui va, à chaque match, engendrer un sentiment, même minime, de frustration ?
Et pour finir, je regrette de ne pas avoir droit aux hymnes nationaux complets, plutôt que de simples morceaux de 10 secondes.
En tout cas, vendu à ce prix-là, ce jeu n’a strictement aucun intérêt vu le peu d’évolution par rapport à Fifa 10.
image
 
 
L'avis de Vincent  image
Autant être clair, je ne suis pas fan de ce genre de jeu. Non pas des jeux de Foot, mais des jeux qui sont créés pour un évènement spécifique. Moins de possibilité dans les modes de jeu, moins riches en contenu, mais vendus, pourtant, au même prix, pour un intérêt moindre. 
Et ce Coupe du Monde 2010 n'échappe pas à la règle. Si retrouver près de 200 équipes nationales peut être sympathique, ça ne vaut clairement pas tout l'intêret que l'on peut porter à un FIFA 2010 avec la gestion des clubs et autres. D'autant plus que, chose frustrante, il est impossible de créer sa propre équipe nationale avec les joueurs souhaités, un comble pour ce type de jeu.
Et même si ce Coupe du Monde de la FIFA offre une ambiance exceptionnel, le jeu possède beaucoup trop de lacunes pour mériter qu'on y investisse les 70 € demandés.
IA des gardiens catastrophiques, manque de réalisme dans les chocs entre les joueurs (même si c'est quand même moins abusé que dans FIFA 10), arbitrage à revoir... La copie de FIFA 2010 n'a pas suffisamment été corrigée pour rendre ce Coupe du Monde de la FIFA plus agréable. Sérieusement, attendez plûtot un FIFA 2011. En espérant que tous les problèmes liés à l'IA soient corrigés. Si les développeurs veulent bien, pour une fois, écouter les joueurs.
screen
screen
screen

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Coupe du Monde de la FIFA : Afrique du Sud 2010

Plateformes : Xbox 360 - PS3 - Wii - PSP

Editeur : Electronic Arts

Développeur : EA Sports

PEGI : 3+

Prix : 70 €

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

 

 

Images du jeu Coupe du Monde de la FIFA : Afrique du Sud 2010 :

0