Paleo Pines (PC, PlayStation, Xbox, Nintendo Switch)

 

Publié le Jeudi 5 octobre 2023 à 12:00:00 par Inès Pouille

 

Test Paleo Pines (PC, PlayStation, Xbox, Nintendo Switch)

L'amour est dans le dino

imageIl était une fois Inès... Inès avait de grandes idées. Un grand projet. Oui oui.
Car Inès aime bien deux trucs : les bestioles, et les plantes. Et si on faisait un jeu tout public à succès, avec ça ?
Et Inès n’est pas dupe. Elle sait que pour conquérir le cœur des gens, elle doit partir d’une valeur sûre : les dinosaures. Qui n’aime pas les dinosaures ? A part les gens particulièrement aigris, comme Cedric, qui de toute façon tirerait sur n’importe quel être qui respire avec son lance-pierres ?

Personne ne fait des jeux pour ces gens-là. Ils ne sont jamais contents.

Du coup tout le monde aime les dinosaures. Et les plantes, bon, beaucoup sont fâchés avec, mais c’est dur de les détester aussi. C’est un peu une relation d’amour-haine.
Ainsi été né le projet Dinofrutz, promettant l’élevage et la gestion de petits dinosaures-plantes porteurs de fruits.
Comme tout projet, il fallait bien évaluer ses potentiels concurrents. “Facile”, m’étais-je dis, personne n’aurait eu le génie de mélanger les mots clés “dinosaures” et “farming sim”.

Et bah putain que si en fait.

Paleo Pines, c’était le même mood, avec les mêmes mots clés, mais radicalement parti dans une autre interprêtation : on a une ferme, on a des cultures, et on a des dinosaures qu’on peut réduire en esclavage-  non pardon, dont on peut “gagner la confiance afin qu’ils nous aident à entretenir les cultures et la ferme”.

Ajoutez à ça un petit soupçon de collectionnite avec des couleurs et patterns ultra-rares de dinosaures, comme de l’albinisme et du mélanisme, (mais pas que) et vous obtenez du shiny hunting dans votre Stardew Jurassic Valley.
Et qu’est-ce que ça donne du coup, manette en main ?


imageA savoir que j’ai joué sur la version Switch, quelques jours avant sa sortie par la grâce d’une livraison survenue plus tôt que prévue. Cette version est la pire à tester actuellement, pour la simple et bonne raison que c’est la plus en retard en terme d’updates. A l’heure où je parle, cela fait une semaine qu’on attend un patch de fix censé régler de nombreux crashs intempestifs, qui avait été annoncé live pour les autres plateformes 4 jours avant la rédaction de ce test.
Si l’ambiance est adorable et la promesse tenue, il y a malheureusement de gros  points noirs à ce tableau.

Je commencerais bien avec la direction artistique, qui à mon sens s’étale dans beaucoup trop de directions à la fois, surtout niveau palette. Tout est très saturé, ce qui ne rend pas l’environnement très facile à lire, notamment. Les dinosaures sont très réussis, avec des formes simplifiées et des textures discrètes mais non plates. Des textures plates qu’on peut malheureusement trouver un peu partout ailleurs, les détails de normal semblant absents de la majorité des objets du jeu, à part les rochers et les troncs d’arbres. Les personnages ont un aspect pâte à modeler très dérangeant qui ne semble pas coller au reste de la vision artistique.

imageQuelques points de game design semblent assez douteux et très lourds, pour un jeu visant un public qui cherche à se détendre et à ne pas se prendre la tête. Un inventaire très restreint, un système assez rigide de quêtes Fedex nécessitant de parler à l’envoyeur, au receveur, puis de nouveau à l’envoyeur du colis à transmettre sont deux points qui m’ont particulièrement frustrée. D’autres features manquantes sont un peu étonnantes (impossible d’enlever les selles sur les dinos une fois posées, par exemple).

Mention spéciale au “capture lock”. Avez-vous déjà eu la terrible expérience de rencontrer un Pokémon shiny sur la route 1, avant d’avoir passé le tutoriel de capture ?

Sachez que ce traumatisme existe et est permanent dans ce jeu, rendant angoissantes les 3 premières heures de jeu.
Vous êtes en effet amenés à apprivoiser votre premier dinosaure dès la première heure de jeu grâce à une pâtisserie nommée “Poppin”. Cependant, vous apprendrez par la suite que chaque espèce de dinosaure a son parfum de Poppin préféré (parmi 5), qu’il faut débloquer au fil de quêtes.

imageimageimage

imageAinsi, j’ai été confronté à une situation rocambolesque, où étant tombée sur un Styracosaure ultra-rare avant d’obtenir son Poppin préféré, je suis retournée sur une save antérieure afin de débloquer la quête de son Poppin plus tôt dans le passé, pour être en mesure de l’apprivoiser plus tard (car dans notre malheur, une telle manip est possible, car les spawns de dinosaures sont fixes par jour, si vous tombez sur un dino ultra-rare le 5ème jour d’un mois, il sera toujours là si vous repartez sur une save antérieure).

J’ai eu la chance depuis de ne pas revivre cette injustice, mais j’ai une pensée à tous ceux à qui ça a pu arriver.
Enfin, le plus gros point noir du jeu à mon sens sont les contrôles. Si le game design semblait rigide voire archaïque sur certains points, les contrôles sont pires.

Vous me direz, monter un dinosaure, ça ne doit pas être aussi simple et fluide qu’un cheval. Je ne pourrais même pas faire de comparaison avec un char d’assaut, puisque les dinosaures sont sans doute plus lourds qu’eux. Vous conviendrez cependant qu’avoir la même inertie de mouvement entre un Gallimimus et un Ankylosaure est particulièrement absurde.

imageBeaucoup d’interactions ne possèdent pas de pop-ups indicatifs non plus, et il est parfois difficile de savoir si tel objet nécessite une interaction simple (bouton A pressé) ou “longue” (garder A enfoncé), le viseur d’interaction ne changeant pas entre ces deux cas de figure.

Gros carton rouge aussi pour la gestion de l’inventaire, qui n’est jamais présentée au joueur pendant le tutoriel, et qui n’est mentionné qu’à une reprise dans le manuel du jeu, afin de savoir comment diviser des stacks d’objets. Je remercie encore la communauté du serveur Discord officiel pour m’avoir aidé là-dessus …

Pour conclure, il faut une certaine dose de masochisme pour s’infliger le début de ce jeu, mais passé quelques heures, on prend un véritable plaisir … Quand ça ne crashe pas.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Paleo Pines (PC, PlayStation, Xbox, Nintendo Switch)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4 - Switch - PS5 - Xbox Series

Editeur : Modus Games / Just for Games

Développeur : Italic Pig

PEGI : 3+

Prix : 29,99 €

Paleo Pines (PC, PlayStation, Xbox, Nintendo Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0