Escape Plan (PS Vita)

 

Publié le Mardi 21 février 2012 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Escape Plan Test PS Vita

Le petit bijou de la PlayStation Vita

imageParfois, un petit développement de jeu, sans tambour ni trompette, nous livre une perle comme rarement nous avons l’occasion d’en voir. Ce fut le cas de Limbo, par exemple, jeu de plateforme en noir et blanc, à l’ambiance exceptionnelle, sorti à l’été 2010 et disponible sur le XBLA, le PSN et sur PC/Mac. Ce fut le cas cet été également sur le XBLA et sur PC, avec Bastion, jeu d’action de qualité et que nous ne saurions encore vous conseiller l’acquisition. Et il y aurait bien d’autres exemples à citer de jeux réussis qui aura, à défaut d’avoir marqué l’Histoire du jeu vidéo, au moins réussi à égayer une année, un genre, une époque.

Cet hiver, la petite perle pourrait bien débarquer sur PS Vita et s’appeler Escape Plan.

L’histoire est toute bête : Lil et Laarg sont deux cobayes. Le premier est petit et maigre, le second, gros et grand. Une sorte de Laurel et Hardy à l’aspect hors du commun : ce sont de petits bonshommes avec de petites jambes, sans autre visage qu’une sorte de masque blanc dépourvu de bouche, et habillés d’une combinaison intégrale noire où trône un numéro changeant.
Prisonniers d’un laboratoire plein de dangers et de pièges, sorte de prison où l’on rencontre parfois des geôliers affublés d’horribles masques de type africain, Lil et Laarg vont tenter de s’échapper en traversant les différentes pièces de l’édifice. Et ils auront fort à faire puisqu’il y en a plus de 80 à parcourir.

screenscreenscreen

screenChaque niveau est assez court, à parcourir entre une dizaine de secondes à plusieurs minutes selon l’architecture et la difficulté. Lil et Laarg sont assez singuliers : il suffit qu’il trébuchent sur un morceau de carton pour qu’ils meurent. Ils ne peuvent ni sauter, ni se battre. Juste avancer et s’arrêter, selon vos indications. Ils réagissent au doigt et à l’œil puisque tout se joue sur l’écran tactile, voire le pavé arrière. Avec ce dernier, vous pourrez renverser des objets, faire sortir des ponts, des passerelles, voire propulser Lil pour qu’il fasse des bonds en avant quand il aura bu du café, ce qui a tendance à le rendre légèrement secoué, avouons-le… notez qu’il pourra également sniffer de l’hélium et s’envoler comme une baudruche que vous piloterez, alors, via le gyroscope de la console. Quant à Laarg, il pourra s’envoler dans les airs grâce à une bulle d’air ou briser portes et sols avec son gros derrière.

screenOutre sa parfaite gestion des capacités de la console (l’utilisation du tactile ou du gyroscope est parfaite et ne souffre d’aucune approximation ou erreur), Escape Plan tire son génie de son ambiance formidable. Entièrement en noir et blanc, sans parole, il vous entraîne dans une succession de casse-têtes plus originaux les uns que les autres. Ici c’est un simple pont à traverser en un certain temps après avoir activé une passerelle, ici c’est un pylône électrique à éviter, là une herse de pointes à contourner, ici encore une hélice acérée à ne pas toucher, sans oublier les gaz mortels, les sauts et réception sur des matelas qu’il faudra penser à jeter au sol, et les moutons noirs qui seront vos alliés dans la résolution des nombreux puzzles disponibles.

screenscreenscreen

Bercé tour à tour par des musiques classiques ou un peu plus jazzy qui collent parfaitement au jeu, l’action est également ponctuée par des rires ou des exclamations, comme si un public vous regardait vous dépêtrer avec ces deux lourdauds. Il faut dire qu’en cas de mort prématurée, ils explosent comme des légumes trop mûrs, répandant leurs giclées de sang partout sur les murs.

screenA la fin des niveaux, on vous attribuera un score sur trois étoiles, selon le nombre de touches sur le pavé tactile effectuées, et selon le temps passé à finir le niveau. De quoi vous donner parfois sacrément envie de les refaire, en mieux et en plus rapide… Enfin, si un passage s’avère trop corsé, vous pourrez tout à fait décider de le passer pour y revenir un peu plus tard (ou pas) si le cœur vous en dit.

Au final, cet Escape Plan est l’un de ces petits jeux géniaux qui vous transporte dans un monde extraordinaire, plein de romantisme avec une bonne petite touche d’humour et de gore. C’est beau, mignon, doté d’une excellente jouabilité et totalement passionnant. Jouable pendant des dizaines de minutes ou juste quelques secondes en attendant son train, Escape Plan vaut largement ses 15 € sur le PlayStation Store. Tout simplement indispensable.

 
image



 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Escape Plan (PS Vita)

Plateformes : PSP

Editeur : Sony

Développeur : Fun Bits

PEGI : 16+

Prix : 15 €

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Escape Plan (PS Vita) :

0