Dragon Quest Monster : Le Prince des Ombres (Switch)

 

Publié le Jeudi 7 décembre 2023 à 12:00:00 par Romain Cappelletti

 

Test Dragon Quest Monster : Le Prince des Ombres (Switch)

On ne l'attendait plus

imageSi le pays du soleil levant a vu sortir Dragon Quest Monster Joker 3 en 2016, cela fait 13 longues années que le marché Européen n'a pas eu accès à un nouvel opus de cette série dérivée de la fameuse licence Dragon Quest.

Autant vous dire que, lorsque j'ai appris la sortie de ce titre, le pré-adolescent que j'étais à l'époque a fait un retour en force !

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, Dragon Quest est une série de jeux de rôle particulièrement populaire au Japon, et représentait le principal rival de Final Fantasy durant son âge d'or. Avec des personnages originalement créés par Akira Toriyama - le papa de Dragon Ball et Dr. Slump - la série s'est démarquée par une identité graphique prononcée, mais aussi sa volonté de persévérer dans le domaine du RPG tour par tour classique.

Dragon Quest Monster, c'est une série dérivée qui, à l'instar d'un pokémon, permet au joueur de capturer les monstres connus de la license pour les faire se battre et progresser.

Ce Dragon Quest Monster : Le Prince des Ombres, a été développé et édité par Square Enix, principal éditeur de la plupart des jeux venus du Japon.




imageCommençons par le commencement : Dragon Quest Monster : Le Prince des Ombres reprend la trame d'un autre jeu de la série : Dragon Quest IV : L'épopée des Elus. L'histoire a assez peu d'importance, et est plus un prétexte à la découverte de nouveaux monstres à recruter qu'autre chose.
Graphiquement c'est assez moche, on est à peu près au niveau d'un Pokémon Ecarlate / Violet, et le fait que le jeu soit développé pour la Switch ne constitue pas une excuse valable quand d'autres jeux développés exclusivement pour la console de Nintendo font largement mieux. En dehors des graphismes passés, les éléments du décor ont tendance à disparaitre lorsqu'ils sont à plus de 20 mètres de distance, et on constate souvent des ralentissements et de grosses saccades dans les animations des monstres.


image Au niveau du gameplay en lui-même, le jeu se découpe en deux phases principales : l'exploration et les combats.

Ces deux phases sont très classiques, et les combats se font au tour par tour, à l'ancienne. Vous avez la possibilité de donner des ordres précis à vos monstres ou de les laisser faire leurs actions plus ou moins à leur guise (vous pouvez toujours gchanger leur comportement général en leur disant de se focaliser sur les soins, les attaques et autres).
Non, ce qui tranche et qui fait l'identité des jeux Dragon Quest Monster c'est avant tout le nombre très impressionant de monstres que vous pouvez recruter dans votre équipe (presque tous les monstres apparaissant dans la série), et la synthèse.

imageLa synthèse consiste à fusionner deux monstres pour en créer un nouveau, généralement plus puissant, et qui héritera d'une partie des compétences de ses "parents". Vous allez passer beaucoup de temps dans le menu de synthèse, dont l'interface n'est malheureusement pas très pratique. Mais quel bonheur de créer un nouveau monstre de rang plus élevé !
La synthèse, couplée à la variété de monstres disponibles est le gros point fort du jeu, et devrait ravir la plupart des fans de la license.

En comparaison avec les opus précédents, certains sytèmes ont été changés, notamment pour ce qui est de la taille des monstres, une méchanique introduite dans Dragon Quest Monster Joker 2. Si avant, certains monstres étaient considérés comme "grands" et prenaient 2, voire 3 places de votre équipe de 4, tous les monstres du jeux peuvent maintenant être king size selon comment vous les obtenez.
Entre autres nouveautés apportées par cet opus, on retrouve un système de saisons, qui affecte (très légèrement) les différentes zones du jeu, en gelant les étendues d'eau en hiver par exemple, mais surtout qui modifie le bestiaire que vous pourrez retrouver dans chaque zone.

imageimage

image Tout cela est bien beau, mais forcé de noter que la progression peut être freinée par des pics de difficulté assez disparates qui vous forceront à de longues phases de "farm", consistant à affronter des ennemis en boucles et améliorer votre équipe sans vraiment avancer dans l'histoire. 
Ce manque de fluidité dans la progression est très dommageable pour un jeu sortant en 2023, alors que les joueurs modernes n'ont souvent plus le temps, ou l'envie de perdre leur temps, pour ce genre de phases peu intéressantes.
On peut regretter aussi que le jeu n'hérite pas de méchaniques de déplacement de Dragon Quest Treasures sorti l'an dernier, qui permettait notamment au joueur de chevaucher certains monstres pour se déplacer plus rapidement.

imageEn bref, en tant que gros fan de la franchise, j'ai beaucoup apprécié jouer à Dragon Quest Monster : Le Prince des Ombres, qui offre une durée de vie assez énorme aux joueurs les plus assidus. Le jeu se repose sur un gameplay solide, et si vous aimez les jeux semblables à Pokémon, ce dragon Quest devrait satisfaire vos attentes. Les joueurs un peu plus "casu" ou peu familiers de la franchise Dragon Quest risquent d'être refroidis par des graphismes et des performances vraiment lointaines d'un jeu triple ou double A, et honnêtement, on les comprend.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Dragon Quest Monster : Le Prince des Ombres (Switch)

Plateformes : Switch

Editeur : Square Enix

Développeur : Square Enix

PEGI : 12+

Prix : 59,99 €

Dragon Quest Monster : Le Prince des Ombres (Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0