Birds of Steel (PS3, Xbox 360)

 

Publié le Vendredi 6 avril 2012 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test Birds of Steel (PS3, Xbox 360)

Les Têtes Brulées

imageUn peu tombés en désuétude, les jeux de simulation de vol délivrent toutefois régulièrement des produits de qualité. En témoigne l’excellent IL-2 Sturmovik : Birds of Prey sorti sur PS3 et Xbox 360 en 2009 chez 1C. Et cela tombe bien puisque ce sont les mêmes développeurs, Gaijin Entertainement, qui nous livrent aujourd’hui Birds of Steel. Et pour le coup, c’est à Konami qu’ils se sont associés.

Une bonne nouvelle n’arrivant pas seule, ils ont cette fois orienté leur jeu sur la bataille du Pacifique. Et moi, enfant de Papy Boyington, nourri aux Têtes Brûlées toute mon enfance, c’est une période de l’Histoire bien spéciale et qui fleure bon la nostalgie.

Pour rappel, la bataille du Pacifique a opposé principalement les américains et les japonais. Le jeu vous propose d’ailleurs d’intégrer l’un ou l’autre des camps, avec ses petites variations propres aux alliés. Vous allez ainsi piloter plus d’une centaine de coucous de la seconde guerre mondiale : Les différents Zero japonais, du A6M2 au A6M5, ou les Ki-61-Ia-Otsu pour ne citer qu’eux, aux P51D Mustang, A-20 Havoc Mk III, P-39 et autres engins américains. En bonus, quelques oiseaux australiens (Beaufighter, Boomerang…), anglais (Hurricane, Spitfire…), allemands (Me 163B, BF 109F…), italiens (G50, MC200…) ou même russes (IL-2 Sturmovik, IL-4, IL-10…).
Qu’il s’agisse de biplans, de bimoteurs, de simples moteurs, d’avions de chasse ou de bombardiers, vous en aurez pour tous les goûts.

screenscreenscreen

screenLa campagne historique reprend les évènements compris entre Pearl Harbour, en 1941, et la bataille de Guadalcanal en 1942. Si elle n’est pas forcément très longue, elle a au moins la bonne idée d’être précise, riche et détaillée. A grands renforts de document d’époque et d’analyses tactiques, chaque mission, chaque bataille, chaque site sera abondamment commenté et présenté. Une immersion vraiment passionnante dans le conflit de l’époque. Une fidélité aux évènements, également : n’espérez pas sauver Pearl Habor avec les avions américains ni renverser les faits à Midway avec les forces japonaises. Chaque mission demande de remplir des objectifs précis. Plutôt courtes, elles sont aussi suffisamment variées pour ne pas lasser le joueur.

screenEn marge de cette campagne historique passionnante, tout un tas de missions sont proposées. Une trentaine est disponible, parcourant plusieurs régions du globe, qu’il s’agisse de la Méditerranée ou de l’Europe. Mieux encore, un éditeur de mission vous permet d’en créer d’autres. Ces missions sont jouables en solo, mais aussi jusqu’à 4 joueurs en ligne.
Bref, c’est vraiment très complet et la durée de vie en est décuplée. De la même manière, des mini-campagnes permettent de remplir plusieurs missions dans une région précise en les enchaînant.
Notez qu’en multijoueur, outre le coop, un mode Versus propose jusqu’à 16 joueurs de s’affronter lors de rencontres, de tournois et autres.

screenscreenscreen

screenPlutôt complet et ambitieux, Birds of Steel frappe surtout fort au niveau du gameplay, du rendu et de l’ambiance.
Niveau graphisme, les avions ont bénéficié d’un soin tout particulier. La modélisation est très réussie et l’intérieur des cockpits, fidèle et détaillé. Le jeu est jouable en vue intérieure comme en vue extérieure, selon laquelle vous sied le plus.
Les décors sont riches et réussis. Parfois impressionnants, même si quelques textures au sol sont parfois légèrement foireuses. Mais globalement, le jeu est beau, les détails nombreux, l’impression de vitesse excellente et les explosions spectaculaires. Bref, attendez-vous à en prendre plein la vue.
En ce qui concerne le gameplay, les développeurs ont pensé à tout. Pour les novices, tout un tas d’aides sont disponibles : pilotage, visée, physique… on peut réaliser des figures de folie tout en abattant les cibles d’une main, les yeux fermés en criant « Yahouuuuu ! ». Heureusement pour les plus ambitieux ou les plus habitués aux simulateurs, toutes ces aides peuvent s’enlever et en choisissant le niveau de difficulté le plus élevé, on se retrouve avec une gestion du carburant, des munitions, de la tenue de l’appareil et j’en passe…

Au final, Ce Birds of Steel est une vraie réussite. Une campagne captivante, une réalisation technique au poil, des missions supplémentaires bien pensées, un éditeur de missions, une jouabilité adaptable en fonction de son niveau… c’est une vraie, belle réussite pour les amateurs du genre. Les autres gagneront à y jeter un œil et à se laisser emporter par l’ambiance des combats aériens.

 
image



 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Birds of Steel (PS3, Xbox 360)

Plateformes : Xbox 360 - PS3

Editeur : Konami

Développeur : Gaijin Entertainment

PEGI : 12+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Birds of Steel (PS3, Xbox 360) :

0